journal

Introduction au design et à l’architecture de l’ebook


Cet article reprend l’intégralité de l’introduction du livre numérique “Design et architecture de l’ebook”. Hybride de l’essai et du manuel, cet ebook tente de lier l’UX Design et la littérature numérique pour interroger l’ebook design, et tente de comprendre le contexte de travail et les techniques fondamentales de l’ebook designer.
Il est consultable en ligne et téléchargeable au format Epub, en version beta, depuis la page du projet.


« We shape our buildings: thereafter they shape us. »

Winston Churchill, cité par Peter Morville et Louis Rosenfeld dans Information Architecture for the World Wide Web, p. 3.

Avec l’ebook, le livre se rapproche du web, c’est certain. Un nouveau pas a été franchi avec le format Epub 3. Les différents fichiers constituant le livre numérique sont désormais similaires à des pages web, si bien que de nouvelles opportunités s’offrent aux auteurs et aux concepteurs, qui vont évidemment les saisir.

Imagine-t-on seulement un web qui en serait resté à l’échange de documents textuels ? Non, les technologies ont permis que se développent progressivement, un web social, un web interactif, un web participatif, un web sémantique, et plus encore le web de chacun de ses utilisateurs. Imagine-t-on que le livre numérique en restera à la numérisation du livre papier ? Evidemment non. Le livre numérique va lui aussi prendre son indépendance et chercher à trouver sa propre identité.

Jusqu’à présent, la littérature a été moins bouleversée par les nouveaux usages numériques. Elle n’a pas connu de révolution mp3 comme la musique, pas de services Youtube ou Bittorrent comme la vidéo, pas de réelles concurrences aussi marquées que ceux des sites d’informations face à la presse papier, ni n’a connu les bouleversements de la photographie avec Flickr et les appareils numériques.

Cela ne signifie pas que le livre ne se réinvente pas. Au contraire, la dématérialisation change notre rapport à la lecture. Des services commencent à émerger et à être proposés en conséquence. L’écriture collaborative, les réseaux de lecteurs, les bibliothèques numériques personnelles, les livres sur n’importe quel support numérique. Des perspectives nouvelles et originales sont déjà tracées.

Et dans ce flou mystérieux et même euphorique, je pense qu’il y a une figure centrale qui émerge peu à peu, et qui saura peser sur les évolutions du livre numérique.

Cette figure est celle du concepteur d’ebook, qui pourra être appelé, à la suite du book designer, l’ebook designer.

Cette figure a été décrite avec beaucoup de pertinence et d’intelligence par un des pionniers français du design de livres numériques, Jiminy Panoz.

Il décrit ainsi dans un article les différentes compétences du designer de livres numériques, qui est « déchiré entre le livre et le web ». L’ebook designer est ainsi lui-même hybride : à la fois designer et développeur, il connait les limites techniques du livre numérique aussi bien que les meilleures façons de valoriser une démarche centrée utilisateur.

Surtout, pour le bien des lecteurs, l’ebook designer n’hésite pas à casser les codes traditionnels du livre papier. Il est un conquérant du livre numérique, s’y investissant corps et âme et innovant quand cela est nécessaire. Bien plus encore, il n’a pas peur d’échouer, car il teste, expérimente et essaie sans cesse.

C’est à ce titre qu’il me semble être la figure centrale du livre numérique, car c’est par lui que progressera son écosystème.

Mais le métier n’est pas pour autant nouveau : notons qu’il emprunte beaucoup aux autres domaines. En particulier, du côté du livre, au designer de livre et au typographe ; et du côté du web, au développeur et à l’UX designer.

Son hybridité fait, à mon sens, qu’il s’insère dans le champ plus large de l’architecture de l’information, qui s’est développée depuis maintenant plus de 15 ans (mais beaucoup plus récemment en France), et qui a notamment pu être théorisée par le livre de référence Information Architecture for the World Wide Web, de Lou Rosenfeld et Peter Morville, paru en 1998.

En effet, pour filer la métaphore, si l’architecte conçoit un habitat qui répond aux attentes et besoins spécifiques de ses occupants, l’architecte de l’information, lui, structure les contenus et leur accès afin qu’ils répondent aux attentes et besoins tout aussi spécifiques de n’importe quel utilisateur. Et ce, notamment dans un univers protéiforme, de terminaux mobiles et de flux.

L’ebook designer est ainsi l’architecte de l’information du livre numérique. Si l’on compare d’ailleurs la description des compétences du designer d’ebook proposée par Jiminy Panoz et le référentiel de compétences de l’architecte de l’information proposé par des universitaires et professionnels spécialisés dans le domaine, on perçoit la même hybridité, la même aisance technique, la même force de communication, le même souci de l’expérience utilisateur.

Et quelle est la priorité de l’architecte de l’information ? C’est la prise en compte des utilisateurs et des usages dans le processus de conception d’un service ou d’un outil. Or, avec le livre numérique, les usages changent et les utilisateurs se diversifient.

C’est bien pourquoi l’ebook designer devient indispensable pour l’ebook aujourd’hui. En tant qu’architecte de l’information, il est le seul garant de la prise en compte des modifications de l’écosystème du livre pour la lecture.

Le livre papier ne disparait pas. Il se dédouble en numérique. Son design en revanche ne doit pas suivre la même logique. Il doit justement se transformer, s’adapter, se justifier aux usages effectifs.

Il y a le design et l’architecture du livre papier. Et il y a le design et l’architecture de l’ebook. Avec ce court livre (numérique !) abordant des dimensions aussi interdépendantes et essentielles que la typographie, le design, le développement ou l’accessibilité, j’espère en présenter les grandes lignes et refléter l’hybridité de l’ebook designer.


Retrouvez cet ebook en lecture en ligne ou en téléchargement depuis la page du projet.